Cabinet ACE entrepreneuriat agilité

Intrapreneuriat : une solution d’agilité pour Engager vos Collaborateurs

Pourquoi inviter l’Intrapreneuriat dans votre entreprise ?

Vous constatez :

  • de faibles capacités d’innovation, une “agilité” limitée ?
  • des lourdeurs organisationnelles qui bloquent l’esprit d’initiative ?
  • un turn-over important, une démobilisation de vos collaborateurs ?

Donner l’opportunité à vos collaborateurs d’intreprendre est une piste de solution à ces problématique d’Engagement des Collaborateurs.

 

 Théorie de l’Engagement

En termes de motivation de l’Autre, la psychologie est primordiale. Nous vous avions d’ailleurs mis en avant un outil commercial en ce sens : le SONCAS.

La psychologie de l’Engagement a été théorisée dans les années 70 par Charles Kiesler, et il en ressort un enseignement très précieux :

Seuls les actes nous engagent.

Cette théorie permet d’identifier cinq leviers d’influence sur l’Engagement de l’Autre :

  1. la déclinaison d’identité lors de l’action
  2. la répétition des actions
  3. l’irrévocabilité d’un comportement
  4. le coût des actes
  5. le sentiment de liberté

Ce dernier levier est celui utilisé dans les projets d’Intrapreneuriat, car il redonne pouvoir de décision et autonomie à vos collaborateurs.

La présentation dynamique ci-dessous en illustre les grands principes :

 

 Les Facteurs-Clés de succès d’une démarche d’Intrapreneuriat

Primo, cette démarche ne peut émaner que du Top Management, car elle nécessite de se frotter à des paradoxes de Management et des changements de culture profonds (cf. la PréZentation ci-dessus).

Secundo, nous identifions cinq situations managériales qui tendent justement à engager les collaborateurs :

1. Les Managers décentrés

En substance, ce sont ces managers qui ont toujours à coeur d’identifier ce qui motive un collaborateur, quelles sont ses envies, ses avis. Beaucoup moins fréquent dans les actes que ne le laissent penser les interviews de managers.

2. L’envie réelle de changement

Si le Top Management est frileux, ou est très satisfait de sa situation actuelle, un projet d’Intrapreneuriat ne prendra pas. Il faut de la frustration, un véritable besoin, un… Engagement sans faille de la Direction.

3. Un bon climat social

Parfois, c’est perceptible dès l’entrée dans l’entreprise : l’ambiance n’est pas bonne. Parfois, l’auto-censure des collaborateurs masque une ambiance peu propice à l’initiative. Dans tous les cas, il n’est pas d’Intrapreneuriat sans bienveillance ni confiance. Et les Managers sont les moins bien placés pour connaître la qualité du climat social dans leurs équipes…

4. L’acceptation des idées nouvelles par le Middle-Management

Un Manager est rémunéré pour assurer la rentabilité du Business Model actuel de son entreprise. Une idée nouvelle vient :

  • perturber ses tableaux de bord,
  • engendrer des coûts ou des efforts,
  • potentiellement, retirer des ressources de personnel, affectées au nouveau projet.

Trois raisons qui expliquent un rejet fréquent de la nouveauté par le Middle-Management… nouveauté pourtant indispensable à l’Intrapreneuriat !

5. Une culture de tolérance envers “l’Echec”

Dans un projet entrepreneurial ou intrapreneurial, une certaine forme “d’échec” est rendue inévitable par l’incertitude : l’incapacité de prévoir ce qui va se passer. Ce peut être perçu comme une preuve de dévalorisation d’un projet, alors que c’est une étape souvent nécessaire pour arriver à la réussite.

 

Comment mettre en oeuvre une démarche d’Intrapreneuriat ?

Nous proposons un accompagnement des Organisations via une mission de consultING : notre vocation est de générer du changement dans votre Organisation et d’introduire cette démarche en impliquant vos équipes.

Les éléments de réussite :

  • l’envie réelle de la Direction,
  • la Bienveillance,
  • l’acceptation de l’Incertitude,
  • de la méthode et de l’organisation.

N’hésitez pas à nous contacter !

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *